Je choisis la paix

Imagines que tu te réveilles le matin et tu as merveilleusement bien dormi. Tu te sens reposé, tu es plein d’énergie positive et rempli de motivation, prêt à commencer ta journée. Tu regardes par la fenêtre, le ciel est bleu et le soleil brille. Tu es persuadé que tu passeras une merveilleuse journée. Tu saute hors de ton lit, tu t’étires langoureusement avant de te diriger vers la cuisine.

Avant d’y arriver, tu remarques une odeur très désagréable. Ton estomac se retourne presque. L’odeur devient de plus en plus infecte et tu te diriges vers ta porte d’entrée. Tu ouvres la porte et tu n’en crois pas tes yeux. Tu clignes des yeux et tu te bouches le nez. Devant toi, s’étend un énorme tas de fumier. Instinctivement, tu scrutes les environs, prêt à bondir sur le coupable. Mais la rue est déserte, personne n’est dans les environs. Il y a que toi et le tas de fumier.

Tu ne peux tout simplement pas y croire. Ta voix intérieure est en rage : « Quel connard a eu cette idée débile ?! Qui a fait ça et pourquoi ?! Je n’ai vraiment pas mérité ça !! Quelqu’un veut m’anéantir. Ma journée est fichue! »

Tu es très en colère que tu commences à pleurer. Tu trouves cela tellement injuste, tu ne comprends pas comment quelqu’un peut être si méchant et irrespectueux. Enfin, c’est comment moi j’aurais réagi en tout cas…

La réaction habituelle serait de t’indigner contrer la situation. Tu es fâché pendant plusieurs jours ou semaines (parfois même pendant plusieurs mois ou années). Tu essayes de déterminer le coupable par tous les moyens possibles. Tu veux te venger. Tu te casses incessamment la tête qui pourrait être à l’origine de tout ça. Tu parcoures mentalement avec qui tu étais en conflit les derniers temps et qui voudrait te jouer un mauvais tour. Tu investis toute ton énergie dans le problème et te focalises dessus. Ton corps réagi également. Tu souffres de maux de tête, ton cœur s’emballe et ton estomac est noué.

Entretemps, le tas de fumier est toujours devant ta porte d’entrée. Il est hors de question que tu entreprennes les démarches pour t’en débarrasser. « Ce n’est surement pas à moi de faire quoi que ce soit, que le coupable s’en occupe et se salisse les mains ! Depuis quand je devrais m’occuper de virer la merde de quelqu’un d’autre ! »

Tu en parles à autant de personnes que possible afin de partager ta misère. Vu que tu ne parviens pas à identifier le coupable, tu pars du principe que ton entourage doit au moins te plaindre et s’énerver avec toi. Peine partagée diminue de moitié, n’est-ce pas ?

L’autre possibilité serait, tu retrousses tes manches, tu attrapes une fourche et une brouette. Tu te débarrasses du fumier, step by step. Au début, tu as des hauts le cœur et tu as envie de vomir. Tu veux t’enfouir et tout laisser là.

Mais intérieurement, tu sais qu’il s’agit de la seule solution. Tu peux demander de l’aide à ton entourage, mais à la fin c’est toi qui dois prendre la décision et de sortir du mode « drame ». Tu es le seul/la seule qui peut se débarrasser du problème et nettoyer ton entrée. Personne d’autre ne peut le faire à ta place.

La vie nous semble parfois tellement injuste. Tout fonctionne merveilleusement bien, nous sommes heureux et satisfaits et tout d’un coup un seul évènement vient complètement nous chambouler. Nous en voulons à la vie et nous nous demandons désespérément ce que nous avons fait pour mériter cela. Nous déprimons, tombons parfois même en dépression. Notre esprit et notre corps deviennent malade.

Je me sens régulièrement traitée de façon injuste. Des petits et gros tas de fumiers sont déposés devant ma porte sans même demander mon approbation.

Je prévois par exemple une excursion avec une amie, je me réjouis depuis des semaines et elle annule au dernier moment. Au travail, je réponds chaleureusement au téléphone et je me fais égueuler parce que le délai d’un chantier n’a pas été respecté. J’écris à une personne chère à mes yeux, l’amour que j’ai pour elle et que je suis heureuse de l’avoir dans ma vie et elle ne me répond pas. Je me gare deux minutes devant la poste afin d’enlever un recommandé et me retrouve avec un P.V. sur mon pare-brise.

Plus dramatique, notre conjoint / conjointe nous quitte pour une autre personne ou après de longues années de loyaux services, nous sommes licencié à notre boulot. Notre vie bascule.

Nous sommes furieux, ressentons de la colère, nous sommes désespérés et éprouvons beaucoup de peine ou de peur. Nous nous sentons impuissants face à autant d’injustice. Nous ne comprenons pas comment la vie peut être tellement contre nous.

Dans de telles situations, quand je ne sais pas comment continuer, j’essaie de me souvenir à quel point mon énergie est précieuse. Je suis responsable vers où je dirige mon focus. A vrai dire, ce qui s’est produit ne peut plus être changé. Cela fait partie du passé. A quoi ça sert alors de nous accrocher plus longtemps que nécessaire à cette énergie négative et de vouloir la prolonger assidument ?

C’est sur, la situation est plus que désagréable. Mais la vérité est que la vie nous a offert un cadeau formidable sur notre chemin. Le cadeau de pouvoir choisir qui nous voulons être dans notre vie et comment nous voulons réagir, quand un tas de fumier est déposé devant notre porte d’entrée, c’est-à-dire quand quelque chose d’imprévu se produit et que nous ressentons une certaine forme d’injustice.

Personne ne veut être privé de sa paix intérieure à chaque fois que quelque chose d’injuste se produit et entrainer notre entourage dans cette misère par la même occasion.

Il est totalement normal en colère de temps en temps face à une situation, d’être déprimé ou triste, de ne plus ressentir d’envie pour rien. Il est important de laisser ces sentiments exister au sein de nous et de ne pas les condamner.

Dès que nous prenons conscience de ces sentiments et que nous permettons à cette énergie de circuler librement dans notre corps, celle-ci va commencer à s’évaporer pour finalement disparaître. Cela ne sert absolument à rien de poursuivre le drame et de rendre le problème plus important que la solution.

Il est tellement rassurant de savoir que tout ce pouvoir et tout ce potentiel se trouve à l’intérieur de nous. Nous sommes à l’origine du déroulement de notre vie, de nos réactions et de nos actions.

En refusant que le tas de fumier nous tire vers le bas plus longtemps que nécessaire, nous permettons aussi à notre entourage de s’orienter vers une solution au lieu de se focaliser sur le problème.

Au bout de ce voyage se trouve la paix intérieure, dès que nous essayons de réagir de manière équanime face aux situations indésirables dans notre vie.

Malheureusement, cela ne fonctionnera pas immédiatement et je sais à quel point c’est frustrant. Notre égo se rebelle et ne veux pas se déclarer vaincu. Mais si nous essayons de conditionner notre mental à ne plus réagir d’uniquement observer de façon équanime, alors même notre corps va commencer à se calmer. Nous devenons plus confiants et savons dès à présent, que ce qui se passe à l’extérieur ne peut plus nous atteindre. Nous abordons notre futur de façon sereine. Nous sommes envahis par un sentiment de paix et de confiance. Selon moi cela vaut bien toutes des brouettes de fumier du monde. 🙂

With love, Christine

Publié par christinedecoster

Relaxologue et Instructrice en méditation de pleine conscience (MBSR)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :