Le mal a dit

Tout se déroulait à merveille. Je me sentais équilibrée, ancrée sur mon chemin et j’éprouvais beaucoup de gratitude pour les merveilleux moments que la vie m’avait offerts cette année, envers toutes les belles personnes qu’il m’avait été possible de rencontrer et tout ce que l’année prochaine me réservait.

Toute tension, toute anxiété, s’étaient évaporées. Mon cœur me parlait de plus en plus clairement et les derniers mois, j’avais appris à l’écouter attentivement.

De merveilleux échanges avaient eu lieu avec des personnes qui étaient sur le même chemin, on m’avait fait part d’encouragements et de compliments concernant mes projets, j’avais de plus en plus confiance en la vie.

Mais malgré mes efforts, je n’avais apparemment pas été aussi attentive qu’il aurait fallu et la vie me mettait à nouveau à l’épreuve.

Noël approche à grands pas, la fin de l’année n’est plus très loin. C’est surtout durant cette période que la plupart d’entre nous adorent passer des moments en famille et avec les amis.

Sans réellement m’en apercevoir, mon agenda s’était rempli et j’étais surprise de constater que les prochaines semaines étaient à nouveau pleines à craquer.

Que ce soient les fêtes de famille, le souper de fin d’année de l’entreprise, le passage obligé sur différents marchés de Noël, des moments avec mes amis, sans parler de mes soirées consacrées à l’écriture et au yoga.

Mais sincèrement, je me sentais totalement en phase avec moi-même et j’étais impatiente de profiter de ces formidables moments avec mes proches.

Ce petit « stop » à peine audible que m’avait soufflé ma voix intérieure, ben je l’avais ignoré telle une experte.

De vieux schémas, que je pensais avoir surmontés , s’étaient lentement mais sûrement réinstallés dans ma vie.

Nous tombons malade lorsque nos actions ne sont plus en adéquation avec nos aspirations profondes.

Comme chaque matin, je me réveillais pour partir au boulot mais dès la sonnerie du réveil, je sentais que quelque chose n’allait pas. Ma tête bourdonnait, j’avais mal partout, je me sentais faible et j’avais beaucoup de mal à respirer.

J’étais vraisemblablement victime d’un gros refroidissement.

Ma révolte ne servait strictement à rien. Il fallait que je me rende à l’évidence qu’il valait sans doute mieux que je reste à la maison quelques jours. La vie avait apparemment d’autres plans pour moi.

Je prévenais le boulot et annulais à contrecœur tout ce que j’avais prévu pour le weekend. J’éprouvais, difficile à croire, de la culpabilité ?

Est-ce que la vie avait décidé de m’inviter à une petite retraite personnalisée?

Quand je ne dormais pas d’épuisement, mes pensées tournaient en rond sans cesse. « Pourquoi moi? Pourquoi maintenant? Qu’est-ce que j’ai fait? Qu’est-ce que la vie a encore à me dire? »

Ces interrogations pleines de reproches étaient heureusement rapidement remplacées par des pensées plus douces. « De quoi ton corps a besoin ? Que demande ton âme? Quel était le declencheur de ta maladie ? Quand est-ce que tu n’as pas agi en adéquation avec tes valeurs? ».

Lorsque la vie nous force à une quasi immobilité et que rien à l’extérieur ne peut encore nous distraire, alors il nous est possible de nous rendre compte de pas mal de choses.

Par exemple, les moments durant lesquels nous n’avons pas agi en adéquation avec nos aspirations profondes. Quel conflit nous a blessé bien plus que nous voulions l’admettre et quels mots et quelles actions nous ont particulièrement touchés, que ce soit les nôtres ou ceux d’autrui.

Nous constatons que les choses qui nous paraissaient normales dans le passé sont dorénavant devenues inacceptables. Que les moments durant lesquels nous avions l’habitude de nous taire ou de changer de sujet, provoquent maintenant une petite révolution en nous.

Et peu importe, l’amour et la compassion que nous pourrons éprouver, il y aura éventuellement ce court instant, cette légère blessure qui provoquera le déchirement de notre âme.

Suite à cela, elle nous invitera à y regarder d’un peu plus près mais la voix de notre mental résonne décidément beaucoup plus fort dans notre tête. Et pourquoi est-ce que nous devrions nous tracasser si tous les évènements qui nous attendent nous remplissent de joie et qu’en plus de ça nous sommes en excellente santé ?

C’est seulement maintenant avec le recul, que je me rends compte que j’ai ignoré ces petites déchirures et que j’avais ainsi inconsciemment ouvert la porte à la maladie.

Nous pouvons essayer pendant un petit temps, mais les maladies sont la meilleure preuve, quand il est temps d’y regarder un plus en profondeur.

Ces derniers jours, je suis passée par divers états d’esprit. De la résistance à l’acceptation, de la solitude à l’unité, du doute à la prise de conscience.

Aujourd’hui, je vais beaucoup mieux et j’éprouve clairement de la gratitude car la vie m’a fait un précieux cadeau.

On m’a donné l’opportunité de me recentrer, de laisser mon corps et mon esprit se reposer, de revoir à la baisse les exigences envers moi-même mais surtout d’avoir l’importantes prises de conscience et de décisions.

Ainsi, il nous est possible de nous rendre compte avec certitude que nous nous étions légèrement égarés et qu’il est dès à présent possible de réorienter notre focus et de nous repositionner.

Car finalement, et il est important d’en prendre conscience régulièrement, que la vie nous offre inlassablement l’opportunité de décider qui nous voulons réellement être et quel chemin nous voulons prendre afin de vivre la meilleure version de nous-mêmes.

With love, Christine ❤

Publié par christinedecoster

Relaxologue et Instructrice en méditation de pleine conscience (MBSR)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :